Composez le 1 877 289-3997
+-
Nous joindre 
Laissez-nous vous aider!
1-877-289-3997
  • Réponse dans les 24 heures
  • This field is for validation purposes and should be left unchanged.
Cliquez ici pour consulter les offres d'emploi.
Composez le 1 877 289-3997

Questions d’actualité en santé mentale : la dépression chez les aînés

Written by: Dunham

Connaissez-vous une personne âgée à risque de dépression?

La dépression est une maladie qui affecte les sentiments, les pensées, le comportement et la santé physique d’une personne. C’est un peu plus que se sentir triste ou avoir « les bleus »; si elle n’est pas traitée, la dépression peut causer ou aggraver d’autres problèmes de santé, et avoir un effet dévastateur sur une personne et ses proches. Selon l’Association canadienne pour la santé mentale, ce trouble courant de l’humeur touche un Canadien sur huit à un moment de leur vie.

La dépression ne fait pas partie du vieillissement normal, mais elle est n’est pas non plus peu courante chez les aînés. Selon la Société canadienne des troubles de l’humeur, on estime que 5 à 10 % des aînés vivant au sein de la communauté auront un trouble dépressif assez grave pour nécessiter un traitement. Parmi les aînés vivant en établissement, le taux d’anxiété et de dépression est plus élevé, il se situe entre 30 et 40 %.

Facteurs de risque

Physical, psychological and social factors can contribute to depression in seniors. Risk factors includeDes facteurs physiques, psychologiques et sociaux peuvent contribuer à la dépression chez les aînés. Les facteurs de risque incluent les suivants :

Diagnostic de la dépression

La dépression peut être difficile à déceler chez les aînés pour plusieurs raisons. Les signes et les symptômes peuvent être confondus avec ceux d’autres maladies ou les effets secondaires de médicaments pour d’autres problèmes de santé. La tristesse, l’émotion que la plupart des gens associent à la dépression, n’est peut-être pas le symptôme principal chez les aînés. Certains symptômes, comme la fatigue et les troubles du sommeil, font également partie du vieillissement normal.

Beaucoup de préjugés entourent encore la dépression. Les aînés peuvent avoir honte ou refuser de reconnaître ou de parler des symptômes psychologiques. Ils se plaindront plutôt de problèmes physiques, comme de douleurs. Certains aînés ne sont peut-être pas conscients que la dépression est une maladie.

Voici une liste des signes et des symptômes courants de dépression. Si une personne qui vous est chère a ressenti certains d’entre eux pendant plus de deux semaines, consultez un médecin.

Changements physiques

Changements psychologiques et comportementaux

Traitement de la dépression
La dépression chez les aînés se traite en général avec des antidépresseurs, des consultations psychologiques ou une combinaison des deux. Il existe différents types d’antidépresseurs, et trouver le bon, ou la bonne combinaison peut prendre des semaines ou des mois. Les médicaments peuvent avoir des effets secondaires, comme des nausées, un gain de poids ou de la diarrhée, mais ceux-ci se dissipent souvent avec le temps. Si la personne qui vous est chère prend des médicaments pour d’autres problèmes de santé, consultez son médecin ou son pharmacien pour connaître les interactions possibles.

Des groupes d’entraide peuvent également être utiles, tant pour la personne déprimée que pour ses proches. Consultez un médecin ou un travailleur social pour connaître les ressources disponibles dans votre collectivité ou communiquez avec un organisme s’intéressant à la santé mentale, comme l’Association canadienne pour la santé mentale ou la Société pour les troubles de l’humeur du Canada. Des approches complémentaires, comme l’activité physique, la méditation, le toucher thérapeutique ou le massage peuvent également être utiles pour composer avec la dépression.

Il est important d’aider la personne qui vous est chère à respecter son plan de traitement. L’humeur des personnes traitées pour une dépression, leur façon de voir la vie et leur qualité de vie s’amélioreront souvent de façon considérable avec le temps.

Vieillir chez soi aide à améliorer la qualité de vie globale. Les aînés qui vivent seuls ont un plus grand sentiment de contrôle et d’autonomie. Ils peuvent voir leurs proches et leurs amis quand ils le désirent, et ils évitent les déclencheurs de stress courants dans les établissements de soins pour aînés (comme l’exposition à des maladies contagieuses). Un sondage effectué par la Banque Royale du Canada en 2013 a révélé que 88 % des retraités canadiens considéraient qu’il était très ou plutôt intéressant d’habiter chez eux et de recourir à des services et des soins à domicile au besoin, alors que 56 % étaient du même avis lorsqu’il était question de se reloger dans une résidence services.

Des services de santé à domicile, comme des soins personnels, des services d’accompagnement, la préparation des repas et l’entretien ménager peuvent aider les aînés à préserver leur autonomie aussi longtemps que possible. Ils peuvent profiter de la vie comme ils l’entendent – ce qui est bon pour la santé mentale.

Pour savoir comment Soins à domicile Bayshore aide les personnes âgées à préserver leur autonomie,

Share this article:Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn