Vieillir chez soi : du soutien pour que les aînés puissent demeurer chez eux le plus longtemps possible

Bayshore | | Blogue

Où aimeriez-vous vieillir? Même si vous n’y avez jamais songé, il y a de fortes chances que vous souhaitiez continuer de vivre dans votre maison… après tout, c’est chez vous!

La plupart des Canadiens partagent ce sentiment. En 2013, une enquête menée par la RBC a révélé que 83 % des répondants préféreraient vieillir à la maison, c’est-à-dire de continuer à vivre chez eux et de recourir à des soins à domicile au besoin plutôt que d’habiter dans une résidence pour personnes âgées ou avec des membres de leur famille.

En 2017, une enquête menée par CARP et HomeStars a mis en lumière les raisons pour lesquelles les Canadiens souhaitent vieillir à leur domicile. Les raisons les plus fréquemment mentionnées comprennent :

  • leur demeure se trouve à un endroit pratique (72 %);
  • ils aiment leur maison (66 %);
  • ils connaissent bien le voisinage (60 %);
  • vivre chez eux leur procure un sentiment d’indépendance (59 %);
  • vivre chez eux leur procure un sentiment de sécurité (56 %).

Ce sont toutes de bonnes raisons, cependant, beaucoup d’entre nous ne prenons pas les mesures aujourd’hui qui pourraient nous aider à prolonger notre autonomie plus tard. La même enquête a révélé que 37 % des propriétaires « n’avaient jamais sérieusement envisagé de rénover leur logis de façon à favoriser le vieillissement chez soi ». Et pourquoi pas? Beaucoup d’entre eux ont répondu qu’ils ne se sentaient pas assez vieux pour en avoir besoin ou qu’ils n’avaient aucun handicap qui les empêchait d’utiliser leur maison.

Le problème est qu’il est difficile de prédire quand une personne peut développer un handicap ou perdre en mobilité. Les maladies et les blessures peuvent vite arriver et empêcher les personnes de s’adonner à leurs activités quotidiennes, comme monter les escaliers, cuisiner, faire le ménage, entretenir la maison, etc. L’enquête de la RBC a aussi révélé que pour les personnes déjà retraitées, la décision de quitter leur demeure était le plus souvent déclenchée par un changement de leur état de santé plutôt que par le désir de réduire la taille de leur demeure ou de consacrer la valeur nette ainsi libérée à d’autres activités.

Il ne faut pas oublier qu’une grande partie des modifications apportées à une demeure le sont afin de prévenir les accidents et les blessures, y compris les chutes, qui posent tous un risque aux aînés. Chaque année, entre 20 et 30 % des personnes âgées au Canada (65 ans et plus) font une chute. Les chutes sont responsables de 85 % des hospitalisations pour blessures chez les personnes âgées et la moitié de ces chutes surviennent à la maison.

Planifier afin de vieillir chez soi

Il n’y a pas de tort à être prévoyant. Si vous désirez vieillir chez vous ou aider un proche à vieillir à son domicile, vous pouvez commencer à examiner vos options dès aujourd’hui.

La première étape consiste à évaluer la maison; pour ce faire, faire appel à un ergothérapeute pourrait vous aider. Une résidence peut ne pas être adaptée à une personne âgée, par exemple si elle est trop grande ou éloignée. Dans ce cas, des solutions de rechange peuvent être de se tourner vers une autre maison, une résidence pour personnes âgées ou une assistance à l’autonomie à domicile.

La sécurité et l’accessibilité peuvent être améliorées dans la plupart des maisons grâce à des modifications légères ou plus importantes. Des changements peu coûteux peuvent faire une grande différence pour améliorer le confort et la sécurité, notamment l’installation de rampes et de barres d’appui, un éclairage amélioré pour les couloirs, les marches et certaines pièces, l’élimination des risques de chute (tapis, cordons d’alimentation, surfaces inégales), l’emplacement des poignées de portes et de tiroirs à une hauteur plus convenable, le remplacement du bol de toilette pour un bol plus haut et l’élargissement des cadres de porte pour un fauteuil roulant, par exemple. Vous pouvez consulter un entrepreneur ayant de l’expérience dans l’amélioration de l’accessibilité, notamment un spécialiste certifiéen vieillissement chez soi  (CAPS).

Crédits d’impôt, subventions et prêts pour la rénovation domiciliaire

Plusieurs Canadiens ignorent que des crédits d’impôt, des subventions et des prêts existent pour adapter un logement à une personne âgée. Le gouvernement fédéral offre le crédit d’impôt pour l’accessibilité domiciliaire (CIAD) pour les rénovations qui permettent à un particulier déterminé « d’avoir accès au logement, de s’y déplacer ou d’y accomplir les tâches de la vie quotidienne » ou de réduire le risque qu’il se blesse à l’intérieur du logement ou en y accédant. Pour des dépenses admissibles d’un montant maximum de 10 000 $ par année, le crédit d’impôt maximal non remboursable est de 1 500 $. D’autres programmes sont offerts dans certaines provinces et certains territoires;  cliquez ici pour en savoir plus.

Les avantages des soins à domicile

Les soins à domicile permettent à de nombreux Canadiens de continuer à vieillir en toute sécurité à la maison. Ils aident les aînés qui ont besoin de services médicaux, de soins personnels, de transport, d’entretien ménager ou d’accompagnement à vivre de façon autonome le plus longtemps possible et à rassurer leurs familles. Pour des renseignements sur les façons dont les soins à domicile peuvent aider les aînés à vieillir chez eux, communiquez avec Soins de santé Bayshore au 1 877 289-3997.

Ressources supplémentaires

 Planifier pour vieillir chez vous (Gouvernement du Canada)

Vieillir chez soi (Société canadienne d’hypothèques et de logement)

La liste de vérification pour la sécurité à domicile (Office régionale de la santé de Winnipeg)

Aging in Place Tax Credits, Grants & Loans in Canada (HomeStars) (en anglais seulement)

How to find a reputable contractor (MoneySense) (en anglais seulement)

SeniorsZen (conseillers en choix de logements pour les aînés) (en anglais seulement)