Comment prévenir l’errance chez un proche atteint de démence

Bayshore | | Article vedette

L’errance est un comportement souvent observé chez les gens qui souffrent de démence, particulièrement lorsque la maladie est au stade intermédiaire ou avancé. Ce comportement est non seulement dangereux pour la personne atteinte, mais il constitue une source de stress pour le proche aidant. Même si l’errance ne peut être prévenue, certaines stratégies peuvent être mises en place afin de réduire sa fréquence. Il n’existe toutefois aucune solution universelle. Vous devrez évaluer la situation de votre proche et chercher à assurer son autonomie et sa liberté aussi longtemps que possible.

Stratégies pour réduire le risque d’errance

Les diverses sociétés Alzheimer au Canada[1], ainsi que les professionnels de la santé[2], recommandent les mesures qui suivent.

Tentez d’identifier toute routine ou cause sous-jacente

  • Tenez un journal des moments et des endroits où votre être cher a tendance à errer; vous y verrez peut-être des indices pour mieux comprendre ce qui déclenche ce comportement. Une personne qui se promène la nuit, par exemple, a peut-être faim ou soif. La solution serait alors peut-être aussi simple que de laisser un verre d’eau ou quelques craquelins sur sa table de chevet.
  • Portez attention aux moments où votre proche est plus susceptible d’errer ou encore, à ceux où il est sorti vagabonder de façon impromptue par le passé. S’il a tendance à sortir à la même heure tous les jours ou lorsqu’il s’ennuie, prévoyez des activités intéressantes pour l’occuper davantage. S’il cherche sa douce moitié ou un enfant, rassurez-le en laissant une note précisant que cette personne lui rendra visite bientôt.

Sécurisez votre domicile

  • Placez hors de vue les objets en lien avec l’extérieur (clés de voiture, vestes et chaussures).
  • Si possible, déplacez les serrures des portes afin qu’elles soient au-dessus du niveau des yeux ou hors de vue.
  • Camouflez le plus possible les portes en les décorant ou en les couvrant d’affiches, de décorations murales ou de miroirs.
  • Accrochez un panneau avec la mention « Arrêt » ou « Ne pas entrer » sur la porte donnant sur l’extérieur. Vous pouvez également accrocher des panneaux pour identifier les portes des pièces de la maison, comme la porte de la salle de bain, pour que votre proche sache où elles mènent.
  • Songez à acheter des avertisseurs pour signaler l’ouverture d’une porte ou d’une fenêtre. Vous pouvez aussi accrocher une clochette aux poignées de porte.
  • Songez à acheter des tapis détecteurs qui déclenchent une alarme par simple pression des pieds. Vous pouvez également placer un tapis de couleur foncée devant la porte. Les personnes atteintes de démence peuvent le percevoir comme un trou ou un vide et hésiter à le franchir.
  • Utilisez un GPS ou un autre dispositif de repérage dans un bracelet ou un bijou. La Société Alzheimer, par exemple, s’est associée au programme MedicAlertMD Sécu-retourMD. Les participants reçoivent, moyennant le paiement des frais d’adhésion annuels, un bracelet d’identification et ont accès à du soutien 24 heures par jour en cas d’urgence.
  • Si possible, installez une clôture autour de votre propriété avec des barrières sécurisées.

Passez en revue les médicaments de votre proche avec son médecin

  • Certains médicaments peuvent être remplacés par d’autres qui causent moins de confusion ou d’hallucinations. Des médicaments d’ordonnance peuvent être appropriés en dernier recours pour certaines personnes qui errent. Parlez au médecin de votre proche afin d’en apprendre davantage sur les diverses options.

Encouragez un niveau d’activité physique plus élevé

  • De l’activité physique régulière peut diminuer l’agitation et permettre d’évacuer un surplus d’énergie. Marcher avec une soignante ou un ami, ou passer du temps à l’extérieur dans une aire sécurisée sont des options sécuritaires pour une personne qui a tendance à errer. Une promenade supervisée dans le quartier avant le souper peut même réduire l’agitation la nuit.

Assurez-vous que votre être cher adopte des habitudes de sommeil régulières

  • Dans la mesure du possible, assurez-vous que votre proche se couche et se lève aux mêmes heures chaque jour. Évitez que votre proche fasse la sieste pendant la journée, ou qu’il consomme des boissons contenant de la caféine.

Avertissez les voisins

  • Avisez les voisins, les commerces à proximité et votre service de police locale (ou la GRC) du trouble dont votre proche souffre et donnez-leur un numéro de téléphone pour vous joindre. Ils pourraient être en mesure d’aider votre proche s’il semble désorienté.

 Vêtements et moyens d’identification personnelle

  • Demandez à votre proche de porter des vêtements aux couleurs vives afin qu’on puisse mieux le voir de loin et le repérer plus facilement dans une foule.
  • Assurez-vous que votre proche porte toujours une pièce d’identité sur lui. Il est moins probable qu’il égare ou oublie un bijou d’identification médicale, comme un pendentif ou un bracelet. Songez aussi à coudre son nom et autres détails à l’intérieur de ses vêtements.

Préparez un plan d’urgence

Un plan d’urgence vous procurera une longueur d’avance advenant que votre proche venait à s’égarer. Voici ce que vous pouvez faire dès maintenant :

  • Établissez une liste des personnes qui pourraient vous aider. Gardez ces numéros de téléphone à portée de la main.
  • Ayez une photo récente et des renseignements médicaux à jour que vous pourrez fournir à la police.
  • Notez les endroits dangereux près de la maison, comme des cours d’eau, des cages d’escalier ouvertes, des boisés, des tunnels, des arrêts d’autobus et des routes à grande circulation.
  • Assurez-vous de savoir si votre proche est droitier ou gaucher. Une personne qui erre le fait généralement dans la direction de sa main dominante.
  • Gardez une liste des endroits où votre proche pourrait vouloir aller (p. ex., chez d’anciens employeurs, des lieux de résidence antérieurs, des lieux de culte ou un restaurant).

Que faire si votre proche disparaît

Malgré tous vos efforts, il se pourrait que votre proche quitte la maison sans vous en avertir. Trois personnes atteintes de démence sur cinq le font. Voici ce que vous devez faire :

  • Effectuez une recherche dans la zone où la personne a été vue pour la dernière fois pendant tout au plus quinze minutes.
  • Faites le 911 et signalez à la police qu’une personne atteinte de démence a disparu. Informez-les si la personne est inscrite dans un programme Sécu-Retour. Un rapport de personne disparue devra être rempli et la police entamera une recherche.
  • Informez les amis et les voisins de la situation.
  • Demandez à quelqu’un de rester à la maison au cas où votre proche reviendrait.

Plus vite vous demandez de l’aide, plus vite votre proche pourra être retrouvé.

Nous sommes là si vous avez besoin d’un coup de main pour vous occuper d’un proche atteint de démence. Nos fournisseurs de soins sont formés et qualifiés pour soutenir les personnes atteintes de démence.