Vieillir et boire de l’alcool : qu’est-ce qui est sans danger pour les personnes âgées?

Bayshore | | Article vedette

seniors drinking wine

De nombreux Canadiens aiment boire des boissons alcoolisées, comme un verre de vin au souper ou quelques bières lors d’une réunion sociale. La plupart du temps, les gens consomment à l’intérieur de limites sûres. Ce dont bon nombre de personnes ne se rendent pas compte toutefois, c’est que notre corps devient plus sensible aux effets de l’alcool avec l’âge. Les raisons en sont nombreuses :

  • Les changements liés à l’âge dans les organes, dont le foie et les reins, ralentissent l’élimination de l’alcool de l’organisme.
  • Le corps des personnes âgées contient moins d’eau, l’alcool est ainsi moins dilué dans leur sang que chez une personne plus jeune.
  • Les personnes âgées ont également moins de masse musculaire pour absorber l’alcool, alors le taux d’alcool dans le sang reste élevé plus longtemps.

Combinée à d’autres changements physiques liés à l’âge, comme une vision et une ouïe plus faibles, une mobilité réduite et des réflexes plus lents, la consommation d’alcool peut augmenter les risques d’une personne âgée d’avoir des problèmes d’équilibre, des chutes, des blessures et des accidents de la route.

Examinons d’autres raisons pour lesquelles il est important de faire attention à votre consommation d’alcool ou à celle des personnes âgées qui vous sont chères.

L’alcool et les médicaments

Les personnes âgées sont le groupe d’âge le plus susceptible de prendre des médicaments. Bon nombre de personnes âgées prennent de nombreux médicaments tous les jours – au Canada, une personne âgée sur quatre a dix ordonnances ou plus.

L’alcool interagit de façon négative avec une grande variété de médicaments, dont notamment ceux pour le cœur, les anti-inflammatoires non stéroïdiens, les somnifères, les anticoagulants, les médicaments pour les allergies, les médicaments pour abaisser le taux de cholestérol et ceux pour prévenir et traiter les crises de convulsions. D’après une publication des Services de santé de l’Alberta, Alcohol and Seniors, « De graves problèmes physiques et psychologiques peuvent se présenter lorsque l’alcool est combiné à des médicaments pour le rhumatisme, l’arthrite, la douleur, les infections et la dépression. »

Même une petite quantité d’alcool peut causer une réaction indésirable, et des problèmes peuvent se présenter même si les médicaments et l’alcool ne sont pas pris en même temps. Si vous ou une personne âgée qui vous est chère prenez des médicaments, y compris tout médicament en vente libre et des suppléments, renseignez-vous sur leurs interactions possibles avec l’alcool auprès d’un pharmacien ou d’un médecin. On suppose souvent que des symptômes comme la fatigue, la somnolence, des problèmes d’équilibre ou la confusion sont liés au vieillissement, mais il pourrait s’agir d’une réaction indésirable à un médicament.

L’alcool et les problèmes de santé

L’alcool est lié à de nombreux problèmes de santé, et plus vous buvez, plus votre risque est élevé. Par exemple, la consommation d’alcool peut, avec le temps, augmenter le risque d’une personne d’avoir certains cancers, de souffrir d’hypertension (tension artérielle élevée), d’une maladie du foie, de démence, de diabète ou d’une maladie du cœur, et d’avoir un AVC. L’alcool peut également aggraver certains problèmes de santé, dont les ulcères d’estomac, le diabète, l’anémie, l’ostéoporose, la dépression, la démence et la goutte.

D’après le CAMH, le Centre de toxicomanie et de santé mentale affilié à l’Université de Toronto, les problèmes liés à la consommation d’alcool apparaissent plus rapidement chez les femmes que chez les hommes, parce qu’elles sont de plus petite taille que les hommes et parce que leur corps contient moins d’eau et métabolise l’alcool plus lentement que celui des hommes.

Pour réduire les risques à long terme pour la santé, les Directives de consommation d’alcool à faible risque du Canada recommandent de ne pas dépasser « 10 verres par semaine pour les femmes, sans excéder deux verres par jour, la plupart des jours de la semaine, et 15 verres par semaine pour les hommes, sans excéder trois verres par jour, la plupart des jours de la semaine. » Pour éviter de développer une habitude, on recommande également aux gens de ne pas boire du tout au moins un ou deux jours par semaine.

Un verre standard est peut-être plus petit que vous ne le croyez. Les verres ci-dessous contiennent la même quantité d’alcool :

  • Bière (5 % d’alcool) : 341 ml (12 oz)
  • Cidre ou cooler (5 % d’alcool) : 341 ml (12 oz)
  • Vin (12 % d’alcool) : 142 ml (5 oz)
  • Vin fortifié (20 % d’alcool) : 85 ml (3 oz)
  • Spiritueux / alcool distillé (rye, rum, gin, etc.) (40 % d’alcool) : 43 ml (1,5 oz)

À noter que les Directives de consommation d’alcool à faible risque étaient destinées à la population en général (de 25 à 65 ans). Il n’y a aucune recommandation distincte pour les personnes âgées. Quiconque a des problèmes de santé ou une faible tolérance à l’alcool, ou prend des médicaments pouvant interagir avec l’alcool, doit adapter sa consommation en conséquence ou s’abstenir de boire complètement.

L’alcoolisme

Bon nombre de Canadiens âgés consomment de l’alcool. Selon l’Enquête de surveillance canadienne de la consommation d’alcool et de drogues de 2012, 72,1 % des Canadiens âgés de 65 ans et plus ont consommé de l’alcool au cours des 12 mois précédents. L’enquête a également révélé que 8,4 % des Canadiens âgés avaient dépassé les limites indiquées dans les Directives de consommation d’alcool à faible risque.

Les spécialistes croient que le problème d’alcool chez les personnes âgées est sous-estimé. Parfois, les signes avant-coureurs d’alcoolisme (comme la fatigue, l’insomnie, l’irritabilité, l’incontinence, une vision floue, une bouche sèche, les oublies et les chutes fréquentes) sont interprétés faussement comme des aspects normaux du vieillissement ou comme des symptômes d’un problème de santé. Parfois les membres de la famille et les amis soupçonnent un problème de boisson, mais hésitent à soulever la question avec leur être cher.

Les personnes âgées peuvent consommer plus d’alcool pour composer avec l’isolement, la solitude, la dépression ou le chagrin après la perte d’un être cher. Certaines personnes s’adaptent mal à la retraite – leur vie au travail peut avoir été leur principal centre d’intérêt et leur principale source d’interaction sociale.

On estime que, parmi les personnes âgées qui boivent de façon excessive, le tiers développent un problème d’alcool après l’âge de 60, souvent à cause de leur difficulté à s’adapter aux changements importants dans leur vie, comme la retraite, les problèmes de santé, le besoin de compter sur l’aide d’autres personnes, le déménagement hors du foyer familial dans un établissement de soins, et le décès d’amis et de la conjointe ou du conjoint.

Alcohol and Seniors, Services de santé de l’Alberta

Si vous vous préoccupez de votre propre consommation d’alcool ou de celle d’une personne âgée qui vous est chère, demandez conseil à votre médecin au sujet des différentes options de traitement. Compte tenu de la relation que vous entretenez avec votre être cher, vous voudrez peut-être discuter directement de vos préoccupations avec lui; il peut toutefois nier sa consommation d’alcool ou dire qu’il consomme très peu. Encouragez-le à obtenir de l’aide, une consommation excessive d’alcool peut avoir des effets dévastateurs sur le bien-être d’une personne.