Trouvez-vous un but : un élément essentiel dans la planification de la retraite

Bayshore | | Blogue

Senior man sitting on jetty fishing in lake with grandson under covid masks

 

Où en êtes-vous avec vos projets de retraite? Vous avez peut-être déjà mis un peu d’argent de côté pour vos vieux jours. Vous avez peut-être déjà lu un livre ou deux sur la façon d’épargner pour la retraite, ou vous consultez actuellement un conseiller financier afin d’investir votre argent durement gagné dans un REER. (Si vous n’avez rien envisagé encore, il n’est jamais trop tard pour commencer.

Sans surprise, constituer un petit coussin pour la retraite devient plus important lorsque nous approchons de l’âge de la retraite, ce qui au Canada est en moyenne 64,5 ans. Après tout, personne ne désire réduire son niveau de vie, ou pire encore, épuiser ses ressources. Une planification financière judicieuse et une épargne diligente vous aideront à veiller à ce que les éléments de base, comme l’alimentation et l’habitation soient couverts. Toutefois, la retraite, c’est plus qu’une question de sous. La grande question souvent oubliée dans les ouvrages financiers et les blogues, et par les conseillers est la suivante : Que ferez-vous quand vous cesserez de travailler?

C’est une question à laquelle Mike Drak veut que vous pensiez. Drak est un blogueur, un conférencier et l’auteur de deux livres : Victory Lap Retirement et Retirement Heaven or Hell : Which Will You Choose?, publié tout récemment. Il tient ardemment à aider les Canadiens à avoir une retraite épanouissante, en partie à cause de sa propre expérience : après 38 ans dans le secteur des services financiers, son employeur l’a remercié pour ses services en lui présentant une « offre de départ ». La fin abrupte de sa carrière l’a déboussolé – une situation qu’il appelle « le choc de la retraite ». Nous avons invité Drak à nous dire ce qu’il pense de la planification d’une retraite avec un but, et comment réussir la transition vers la vie après le travail.

Q : Vous avez écrit deux livres sur la planification de la vie après la retraite. Pourquoi est-il important de penser à la façon dont vous allez occuper votre temps?

R : Certains retraités ont du mal à s’adapter lorsqu’ils cessent de travailler. Lorsqu’ils ont quitté leur emploi, ils ont laissé derrière eux leur identité et leur raison d’être, leurs collègues, ce qui les motivait à se lever le matin. Ils ont perdu beaucoup, et ils ne seront pas heureux tant qu’ils n’auront pas trouvé une façon de remplacer les sentiments de réalisation, de succès et de reconnaissance qui les animaient et dont ils ont encore besoin. Certaines personnes ont besoin de beaucoup de temps. C’est très, très difficile. J’ai souffert du choc de la retraite. Les conséquences peuvent être très mauvaises, à moins d’y avoir été préparé.

Q : Dans votre nouveau livre, vous décrivez les trois étapes de la retraite : la lune de miel, l’enfer de la retraite et la solution pour sortir de l’enfer de la retraite. Pouvez-vous nous dire quelques mots au sujet de chacune de ces étapes?

R : Quand vous prenez votre retraite, vous pensez que la vie sera parfaite, et elle l’est pendant un certain temps. C’est la lune de miel – vous vous détendez, vous n’êtes plus sous pression et vous pouvez faire tout ce que vous n’aviez pas le temps de faire avant. Mais une fois que vous avez fait toutes ces choses, votre liste est vide, et vous devez trouver autre chose pour occuper ces 2 000 heures que vous passiez au travail chaque année. Sans plan et sans structure, vous allez vous ennuyer et vous allez commencer à dériver. Cela peut vraiment vous perturber mentalement à mesure que le temps passe – c’est l’enfer de la retraite. Il vous faut un plan. Comment pouvez-vous occuper votre temps de manière saine et constructive et vous créer une nouvelle identité? Ça, c’est la solution pour sortir de l’enfer de la retraite. Vous démarrerez peut-être une nouvelle petite entreprise, ou vous ferez peut-être du bénévolat trois jours par semaine. Vous pourriez aussi devenir membre de certains groupes ou associations afin de créer de nouvelles amitiés et de nouveaux liens. Ce sont tous des points importants à considérer.

Q : Vous êtes un « concepteur de mode de vie pour retraités » qui aide les gens à avoir une retraite heureuse et épanouie. Qu’est-ce que cela signifie?

R : Je rencontre des gens qui prendront leur retraite dans trois à cinq ans. Souvent, ils ne savent pas ce qu’ils veulent faire. Ils prévoient passer plus de temps avec leurs petits enfants, mais cela ne remplira pas leur vie. Alors, nous tentons d’y remettre un peu de structure. Qu’aimeraient-ils faire pendant une semaine? Quels projets aimeraient-ils entreprendre? Quelles aventures aimeraient-ils vivre? Devront-ils gagner un revenu de façon active? Nous examinons tous les points en long et en large, alors lorsqu’ils prennent leur retraite, ils savent ce qui les attend – ce mode de vie qu’ils ont créé – et ils ont quelque chose à faire. Ils ne se contentent pas de rester assis, à réfléchir à ce qu’ils vont faire après.

C’est en fait semblable à ce que nous vivons actuellement pendant la pandémie. Au début de la pandémie, beaucoup de gens n’avaient pas besoin de se rendre au travail. Ça leur plaisait pendant la première semaine ou deux : « Je peux regarder des films toute la journée. » Mais ils n’avaient rien d’autre à faire pour occuper leur temps. Les jours se suivaient et se ressemblaient. Alors beaucoup de gens ont perdu leur raison d’être, et ils ont eu du mal à s’adapter jusqu’à ce qu’ils trouvent une nouvelle routine pour passer la journée. La même chose se produit à la retraite. Les gens se disent : « Je suis censé être heureux. Pourquoi je me sens si mal? » C’est parce qu’ils dérivent tout simplement. Je ne veux pas que les gens perdent quelques années pour s’en rendre compte. C’est pourquoi vous devez vous préparer.

Q : Comment nos objectifs évoluent-ils avec le temps?

R : Quand vous travaillez à temps plein, votre but est peut-être de rembourser votre hypothèque, de nourrir et d’élever vos enfants, et d’épargner pour leurs études et une foule d’autres choses. Votre travail servait à financer tout ça. Mais quand les enfants quittent le nid familial et que l’hypothèque est payée, vous devez trouver un autre but.

Tout le monde a des besoins différents. La retraite classique est une ligne d’arrêt artificielle qui ne tient plus la route parce que nous vivons plus longtemps. Le travail est moins physique qu’autrefois, alors les gens ne sont pas aussi épuisés lorsqu’ils prennent leur retraite. Ils ont besoin de quelque chose pour les garder actifs, et ils ont besoin de quelque chose pour stimuler leur cerveau, sinon ils perdront leur vivacité d’esprit avec le temps. Travailler vous apporte tout ça, mais les gens n’y pensent jamais de cette façon – tous ces avantages en plus des sous additionnels. C’est la raison pour laquelle, je suis un ardent partisan du travail à temps partiel ou du bénévolat pendant la retraite. Vous avez besoin de quelque chose qui vous stimule et qui vous force à apprendre quelque chose de nouveau.

Q : Que pensez-vous de la retraite et de la pandémie de la COVID-19?

R : Nous avons pu tirer des leçons de la pandémie. Nous avons appris le risque que présente l’isolement. Si on vous a empêché de rencontrer des amis et des membres de votre famille, vous avez pu constater à quel point cela vous a épuisé mentalement. Nous sommes des animaux sociaux. Nous devons veiller à interagir avec d’autres personnes, à passer des moments de qualité avec des amis et des proches, et à avoir beaucoup d’amis.

La deuxième chose que nous avons apprise, c’est que les gens qui présentent des conditions sous-jacentes – qu’ils soient jeunes ou vieux – sont plus à risque de souffrir de la COVID-19 s’ils la contractent. Bon nombre de ces conditions, comme l’obésité et l’hypertension artérielle, sont réversibles en adoptant de nouvelles habitudes de vie. Vous êtes peut-être vulnérable maintenant, mais vous pouvez y faire quelque chose. Si vous faites des efforts et adoptez de saines habitudes de vie, vous pouvez vivre plus longtemps et réduire vos chances de devenir invalide tôt dans la vie.

Nous avons également appris que l’appartenance à des groupes est importante pour répondre à vos besoins sociaux. Cela vous fait participer à une sorte d’activité, vous oblige à apprendre de nouvelles choses et vous fait sortir de votre zone de confort. Ces choses sont importantes aussi pour être heureux pendant la retraite. Nous avons besoin de faire ces choses pour vivre plus longtemps et rester en santé aussi longtemps que possible, mais nous devons d’abord le reconnaître et nous rendre compte de ce qui est important.

 

Soins à domicile Bayshore offre une grande variété de services de santé à domicile afin d’aider les Canadiens à vivre de façon autonome aussi longtemps que possible. Pour des détails, composez le 1 877 289-3997.