Protéger les aînés des arnaques et des fraudes

Bayshore |

Protéger les aînés des arnaques et des fraudes

Selon le gouvernement fédéral, la fraude est le principal crime commis contre les aînés canadiens. Même si tout le monde peut être victime d’une arnaque, ce sont souvent les personnes âgées qui sont les cibles des escrocs, puisqu’elles ont tendance à se trouver à la maison pendant le jour, qu’elles font plus facilement confiance et qu’elles n’ont pas de famille ou d’amis près d’elles pour intervenir.

Les arnaqueurs sont à la fois astucieux et convaincants. Ils utilisent le mensonge et la menace pour amener les aînés à sacrifier des centaines et des milliers de dollars. Certaines victimes y perdent leurs économies de toute une vie. Les histoires de fraude que nous entendons sont bien trop tristes et malheureusement, trop communes. Par exemple :

  • En avril 2018, une dame âgée de la Colombie-Britannique s’est fait dérober de plus de 800 000 $ par des arnaqueurs. Ils lui ont dit que sa carte de crédit était compromise et qu’elle devait transférer ses économies dans une banque à l’étranger.
  • En novembre dernier, un résident de l’Ontario a perdu plus de 150 000 $ à la suite d’une fraude par fausse loterie. Les fraudeurs ont fait croire à la personne âgée qu’elle avait gagné des millions de dollars, mais qu’elle devait effectuer un transfert télégraphique pour payer les taxes.
  • En septembre, un aîné de l’Ontario a perdu 40 000 $ en raison d’une escroquerie visant les grands-parents, il s’agit d’une ruse fréquente dans laquelle le fraudeur se fait passer pour l’un des petits-enfants de la victime et prétend avoir désespérément besoin d’argent.
  • En octobre, un homme âgé de la Colombie-Britannique s’est fait escroquer de 400 $ par une personne qui vendait des mises à jour de logiciels frauduleuses par téléphone. La victime a payé, puis le fraudeur a demandé 2 000 $ supplémentaires sous la forme de cartes-cadeaux iTunes. Son épouse, par chance, est intervenue juste à temps!

Des arnaques communes ciblant les aînés

Pour vous protéger et protéger vos proches des fraudes, il est utile de connaître les arnaques les plus communes. Le Guide de sécurité à l’intention des aînés de la GRC comprend des informations sur les arnaques suivantes :

  • Escroqueries ciblant les grands-parents et escroqueries du « besoin urgent d’argent » : Une personne appelle un aîné et se fait passer pour l’un de ses petits-enfants qui a des ennuis, soit il s’est fait arrêter, soit il est blessé, soit il est coincé dans un autre pays, et il prétend avoir un besoin urgent d’argent. Pour dissiper les soupçons, le « petit-fils » ou la « petite-fille » donne à la victime un numéro de téléphone où elle doit appeler, puis un autre fraudeur, comme un soi-disant médecin ou avocat, confirme son histoire. Le « petit-fils » ou la « petite-fille » demande alors à la victime de lui envoyer de l’argent et de ne pas en parler à ses parents.
  • Stratagèmes d’extorsion et fraudes de recouvrement de dettes : Les arnaqueurs se font passer pour des représentants d’organismes gouvernementaux, par exemple l’Agence du revenu du Canada ou Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada. Ils demandent donc des renseignements personnels, y compris des renseignements bancaires et des mots de passe, ou exigent une remise d’argent par transfert télégraphique ou par carte de crédit prépayée pour des impôts impayés.
  • Escroqueries de service : Les fraudeurs prétendent fournir des services comme des services financiers ou des services liés à l’Internet, à l’énergie et aux télécommunications, ce qui peut comprendre des assurances et des garanties prolongées. Selon la GRC, les fraudes ciblant les Canadiens qui sont les plus souvent dénoncées concernent les ventes de logiciels antivirus (par un prétendu technicien de Microsoft ou de Windows) et les offres de taux d’intérêt très bas.
  • Escroqueries de prix : Les victimes se font dire qu’elles ont remporté un prix dans le cadre d’une loterie et qu’elles n’ont qu’à fournir des détails personnels, comme des renseignements bancaires, ou à envoyer de l’argent pour payer certains frais ou des taxes. Les fraudeurs demandent également aux « gagnants » d’appeler à des numéros de téléphone tarifé et les gardent en ligne aussi longtemps que possible.
  • Stratagèmes de rencontre et arnaques sur les médias sociaux : Les arnaqueurs créent de faux comptes sur les sites Web de rencontre ou sur les réseaux sociaux pour s’en prendre aux personnes âgées seules. Ils établissement une relation avec la victime, mais trouvent toujours des excuses pour éviter une rencontre en personne. Plus tard, les arnaqueurs demandent de l’aide financière pour un faux problème personnel (des problèmes médicaux, un proche malade ou autres).
  • Faux organismes de bienfaisance : Les arnaqueurs se font passer pour des représentants de vrais organismes de bienfaisance, que ce soit en personne, au téléphone ou en ligne, et ils utilisent souvent des catastrophes ou des problèmes mondiaux réels. L’utilisation du logo et de l’image de vrais organismes de bienfaisance peut faire partie de leur ruse.

Voici quelques autres arnaques communes : les escroqueries d’investissement, comme les opérations pyramidales ou les combines à la Ponzi; le vol d’identité; les produits médicaux commercialisés comme des remèdes miracles; et les stratagèmes de transfert d’argent comme la fraude nigériane, ou fraude 419, qui promet une grande somme d’argent à la victime en échange de son aide pour un transfert d’argent.

Comment éviter les arnaques

Les fraudeurs peuvent paraître amicaux, persuasifs ou agressifs (certains appellent leurs victimes plusieurs fois par jour), et leurs courriels peuvent sembler convaincants. Si vous ou un proche recevez une offre qui semble trop belle pour être vraie, c’est probablement le cas. Si une personne vous demande de l’argent, ou des renseignements personnels ou bancaires, faites preuve de beaucoup de méfiance et faites vos propres recherches pour déterminer si la demande est légitime.

Discutez avec vos proches âgés des différents types d’arnaques dont ils doivent se méfier. Rappelez-leur de ne divulguer leurs renseignements personnels ou bancaires à personne, y compris leur numéro de carte de crédit. Demandez-leur de vous consulter s’ils reçoivent une offre de toute sorte, un message menaçant ou un appel non sollicité. Faites-leur comprendre que ce n’est pas impoli de raccrocher lorsqu’un appel est non sollicité ou suspect.

Si un proche est victime d’une fraude, il se peut qu’il se sente gêné ou honteux et qu’il essaie de le cacher. Il est aussi possible qu’il n’en ait pas conscience. Le Centre antifraude du Canada recommande de surveiller certains signes, comme les demandes d’argent ou de prêts, les paiements ou les retraits bancaires inhabituels et une grande discrétion au sujet des appels téléphoniques. Si vous remarquez que votre proche reçoit beaucoup plus d’appels et de courriels non sollicités de la part de vendeurs et « d’organismes de bienfaisance », il est possible qu’il ait été ciblé parce qu’il est tombé dans le piège d’une escroquerie; les fraudeurs partagent souvent leurs listes de victimes.

Dénoncer une fraude

Si vous pensez que vous ou une personne que vous connaissez êtes la cible de fraudeurs, ou si vous avez perdu de l’argent à cause d’une arnaque, dénoncez l’incident à la police. Vous pouvez également le dénoncer au Centre antifraude du Canada en composant le 1 888 495-8501. N’hésitez pas à appeler même si le montant perdu n’est pas important. Cela pourrait permettre d’éviter que d’autres soient victimes d’arnaque.

Ressources supplémentaires

Get Cyber Safe: Scams and Fraud (en anglais seulement) (Gouvernement du Canada)
Canadian Anti-Fraud Centre: Protect Yourself (en anglais seulement) (Gouvernement du Canada)
Ce que tous les Canadiens âgés devraient savoir au sujet de la fraude et de l’escroquerie (Gouvernement du Canada)
Guide de sécurité à l’intention des aînés (GRC)