Comprendre l’obésité

Bayshore | | Article vedette

measuring waist

Plus de 25 pour cent des Canadiens sont obèses

Qu’est-ce que l’obésité?

showing apple and pearL’obésité est une maladie chronique caractérisée par un excédent de graisse corporelle pouvant présenter des risques pour la santé d’une personne.

Comment détermine-t-on si une personne fait de l’embonpoint ou est obèse? Les professionnels de la santé utilisent deux mesures pour classer le poids des adultes âgés de 18 à 65 ans : l’indice de masse corporelle (IMC) et le tour de taille.

L’IMC se calcule en fonction de la taille et du poids. La formule est la suivante : IMC = kg/m2 (poids en kilogrammes divisé par la taille en mètres carrés). Un IMC inférieur à 18,5 indique un poids insuffisant. On parle d’embonpoint lorsqu’il se situe entre 25 et 29,9 et d’obésité lorsqu’il est égal ou supérieur à 30. Le poids santé correspond à un IMC entre 18,5 et 24,9.

Le tour de taille est également un bon indicateur de l’état de santé. Un excès de gras au niveau de la taille et dans la partie supérieure du corps (corps en forme de pomme) est lié à un risque plus grand qu’un excès de gras au niveau des hanches et des cuisses (corps en forme de poire). Un tour de taille supérieur à 40 pouces (102 cm) pour les hommes et à 35 pouces (88 cm) pour les femmes est associé à un risque plus élevé de développer certaines maladies chroniques, dont l’hypertension artérielle, une maladie coronarienne et le diabète de type 2.

À noter que l’IMC et le tour de taille ne s’appliquent pas aux enfants et aux femmes enceintes ou allaitantes, ni aux adultes très maigres, très musclés, ou dont la taille n’est pas encore arrivée à maturité, ni aux personnes de plus de 65 ans, parce que les mesures peuvent sous-estimer ou surestimer les risques pour la santé de ces personnes. (Par exemple, certains athlètes auront un IMC élevé, même s’ils ont peu de gras corporel parce qu’ils ont beaucoup de muscles qui sont plus lourds que le gras.)

D’après Statistique Canada, 40 pour cent des Canadiens ont un poids normal, 34 pour cent font de l’embonpoint et 27 pour cent sont obèses. L’obésité a augmenté considérablement au Canada au cours des quelques 30 dernières années, et elle est considérée comme une épidémie et un problème de santé publique.

Quels sont les risques de l’obésité pour la santé?

L’embonpoint ou l’obésité augmente le risque d’une personne de développer certaines maladies : maladie du cœur, accident vasculaire cérébral, prédiabète, diabète de type 2, hypertension artérielle, cholestérol élevé, certains cancers, arthrite, troubles de la vésicule biliaire, apnée du sommeil et d’autres troubles de la respiration, et bien d’autres maladies.

L’Association canadienne des optométristes souligne qu’un excès de poids augmente également le risque de certaines maladies oculaires, y compris la dégénérescence maculaire liée à l’âge, le glaucome, la rétinopathie diabétique et bien d’autres.

Quelles sont les causes de l’obésité?

Nous prenons du poids si nous consommons plus de calories que nous en brûlons; notre corps emmagasine les calories inutilisées (énergie) comme du gras. Cela semble simple, mais les facteurs de risque qui contribuent à l’embonpoint et à l’obésité sont complexes.

Certains facteurs sont individuels, alors que d’autres sont sociétaux. Certains sont modifiables (c’est-à-dire que nous pouvons les influencer) et d’autres ne le sont pas. Comprendre vos facteurs de risque peut vous aider à prévenir un excès de poids et les risques qui y sont associés pour la santé.

  • Manque d’activité physique : Avec le temps, nous sommes devenus plus sédentaires au travail et pendant nos moments de loisir. Nous utilisons également des moyens de transport plus automatisés au lieu de marcher ou de faire du vélo.
  • Mauvaise alimentation : Les études ont établi un lien entre l’obésité et une faible consommation de fruits et de légumes. Selon Statistique Canada, moins d’un Canadien sur trois mange cinq portions de fruits et de légumes ou plus tous les jours. Bon nombre de nos calories viennent d’aliments peu nutritifs contenant beaucoup de gras et de sucre. Nous mangeons aussi plus souvent au restaurant que les générations précédentes, et les portions au restaurant tendant à être grosses, ce qui nous encourage à manger plus.
  • Prédisposition génétique : Nos gènes influencent la rapidité avec laquelle nous brûlons les calories, notre appétit et la forme de notre corps (où nous accumulons le gras corporel). L’obésité est également fréquente à l’intérieur d’une même famille, probablement à cause des facteurs génétiques et des habitudes liées au mode de vie (alimentation et activité physique).
  • Âge : À mesure que nous vieillissons et que notre activité physique diminue, nous perdons notre masse musculaire et accumulons plus de gras. Le gras corporel tend également à se déplacer vers la taille, ce qui augmente le risque de développer des problèmes de santé. Au Canada, 33 pour cent des adultes âgés de 60 à 79 ans sont considérés comme obèses, comparativement à 20 pour cent des personnes âgées de 18 à 39 ans.
  • Santé mentale : Le stress, la dépression et le manque de sommeil peuvent tous inciter à manger plus. L’embonpoint et l’obésité peuvent également contribuer à une mauvaise santé mentale, y compris la dépression, la honte, la culpabilité et une faible estime de soi.
  • Médicaments : Certains médicaments peuvent augmenter l’appétit ou le gain de poids, y compris certains médicaments pour la dépression, les convulsions, le diabète ou l’hypertension artérielle.

Comment l’obésite se traite-t-elle?

plate of balanced foodDes modifications au mode de vie, des médicaments, des programmes de perte de poids et des interventions chirurgicales peuvent être bénéfiques pour les personnes obèses. Celles-ci peuvent développer un plan personnel et perdre du poids en toute sécurité en travaillant en étroite collaboration avec un professionnel de la santé

Des modifications au mode de vie, comme faire plus d’activité physique et manger plus sainement, sont souvent les premières étapes. Perdre même 5 à 10 pour cent du poids corporel peut réduire votre risque de développer des problèmes de santé liés à l’obésité.

Tentez de faire de l’activité physique plusieurs fois par semaine. La Société canadienne de physiologie de l’exercice recommande de faire chaque semaine au moins 150 minutes d’activité physique aérobie d’intensité modérée à élevée. Commencez lentement, et prenez soin de consulter votre médecin avant de commencer un nouveau programme d’exercices.

Santé Canada a récemment mis à jour le Guide alimentaire canadien (voir la section « Ressources » ci-dessous). Le nouveau guide met l’accent sur les légumes et les fruits (la moitié de votre assiette), les aliments à grains entiers (le quart de votre assiette) et une variété d’aliments protéinés (le quart de votre assiette), non seulement de la viande et des produits laitiers. Le guide recommande aussi de cuisiner plus souvent, de limiter les aliments contenant beaucoup de sel, de sucres et de gras saturés, et de prendre conscience de nos habitudes alimentaires.

Les gens cherchent souvent des solutions miracles pour maigrir, comme sauter des repas, ou essayer un régime à la mode ou un régime-choc qui promet des résultats rapides. Ce sont des stratégies malsaines qui peuvent même entraîner à la longue un gain de poids plus important. (Pour d’autres conseils sur l’alimentation, vous pourriez songer à consulter une diététiste agréée.) Il faudra du temps pour changer les habitudes et les comportements de toute une vie, soyez patient et ne vous attardez pas sur les revers.


Ressources

Guide alimentaire canadien
Obésité Canada
Directives canadiennes en matière de mouvement en 24 heures
Les diététistes du Canada