Prendre soin d’êtres chers atteints d’un trouble neurocognitif

Bayshore | | Soutien aux proches aidants

Health visitor talking to a senior woman during home visit

Si vous prenez soin d’un être cher atteint d’un trouble neurocognitif, vous savez qu’il faut de la patience et de la compassion.

Même si vous aimez les personnes dont vous prenez soin, le parcours de proche aidant peut être exigeant et stressant, en plus d’engendrer des tensions physiques, émotionnelles, psychologiques et financières. « On peut se sentir très seul lorsqu’on tente de soutenir un proche aux prises avec un trouble neurocognitif », affirme la gestionnaire de soins de Bayshore à London, Maura Haughian.

Mais de l’aide existe – vous n’êtes pas seul.

Une étude effectuée par la Société Alzheimer du Canada a révélé que les troubles neurocognitifs continueront d’être un problème croissant au Canada,  car on prévoit que le nombre de personnes vivant avec une forme ou l’autre devrait tripler au cours des 30 prochaines années. L’étude a également révélé qu’en 2020 il y avait 350 000 partenaires de soins (proches aidants) qui s’occupaient de personnes vivant avec un trouble neurocognitif.1

Il est important de comprendre les troubles neurocognitifs et de savoir où trouver du soutien et ce que vous pouvez faire en qualité de proche aidant pour que vous et la personne atteinte puissiez vivre le mieux possible.

Parlons des troubles neurocognitifs et découvrez certains conseils pratiques pour vous aider à vous occuper de votre être cher et où vous pouvez trouver de l’aide.

Que sont les troubles neurocognitifs?

Les personnes atteintes d’un trouble neurocognitif ou d’un trouble comme la maladie d’Alzheimer ont un trouble cognitif progressif qui entraîne une détérioration de leur capacité à se souvenir de certaines choses, à penser clairement, à communiquer avec d’autres personnes et à prendre soin d’elles-mêmes.

Les troubles neurocognitifs peuvent par ailleurs provoquer des sautes d’humeur et même changer la personnalité et le comportement d’une personne.

Conseils pratiques

Si vous prenez soin d’une personne atteinte d’un trouble neurocognitif, vous risquez d’avoir à gérer un plus grand nombre de tâches quotidiennes à mesure que la maladie progresse.

Voici quelques façons de gérer les problèmes de comportement et de communication lorsque vous vous occupez d’une personne atteinte d’un trouble neurocognitif.

1) Réduisez les frustrations

  • Établissez une routine quotidienne. Prendre un bain et allez à des rendez-vous chez le médecin sont des tâches plus faciles lorsqu’une personne est bien alerte et reposée. Autorisez des activités spontanées ou faites preuve de flexibilité lors de journées particulièrement difficiles.2
  • Faites participer la personne. Laissez la personne atteinte d’un trouble cognitif faire autant de choses que possible par elle-même. Elle peut par exemple mettre la table à l’aide d’indices visuels ou s’habiller seule si vous disposez les vêtements dans l’ordre dans lequel il faut les mettre.2
  • Offrez des choix. Offrez quelques choix tous les jours, mais pas trop. Laissez la personne choisir entre deux tenues par exemple, demandez-lui si elle préfère une boisson chaude ou froide, ou demandez-lui si elle préfère aller se promener ou voir un film.2

2) Communiquez

Si vous adaptez vos compétences en communication, prendre soin de votre proche sera moins stressant et la qualité de votre relation avec votre être cher sera probablement meilleure aussi.

  • Répartissez les activités en différentes étapes. Encouragez votre être cher à faire ce qu’il peut, en lui rappelant gentiment les étapes qu’il a tendance à oublier, et aidez-le avec les étapes qu’il n’arrive plus à faire par lui-même.2
  • Répondez de manière affectueuse et rassurante. Les personnes atteintes d’un trouble neurocognitif se sentent souvent confuses, anxieuses et peu sûres d’elles-mêmes. Si elles ne sont pas conscientes de la réalité et se rappellent des choses qui ne sont jamais vraiment arrivées, évitez de les convaincre qu’elles se trompent. Concentrez-vous sur les sentiments qu’ils montrent (qui sont réels) et soutenez-les en les encourageant avec des mots et des gestes. Vous réussirez parfois à faire réagir la personne en lui tenant la main, en la touchant ou en la serrant dans vos bras quand tout le reste a échoué.2
  • Souvenez-vous du bon vieux temps. Bon nombre de personnes atteintes d’un trouble cognitif ne se souviennent peut-être pas de ce qui s’est passé il y a 45 minutes, mais peuvent se rappeler clairement leur vie il y a 45 ans. C’est pourquoi, évitez de poser des questions qui font appel à la mémoire à court terme, comme lui demander ce qu’elle a mangé pour le lunch. Essayez plutôt de poser des questions générales au sujet de son passé lointain – il est probable qu’elle s’en souvienne davantage.2

3) Créez un milieu sécuritaire

Les troubles cognitifs altèrent le jugement et la capacité des personnes atteintes à résoudre des problèmes, ce qui augmente leur risque de blessures. Afin d’assurer leur sécurité :

  • Prévenez les chutes. Évitez les carpettes, les rallonges électriques et tout encombrement pouvant provoquer des chutes. Installez des mains courantes ou des barres d’appui dans les aires critiques.2
  • Utilisez des verrous. Installez des verrous sur les armoires qui contiennent quelque chose de potentiellement dangereux, comme des médicaments, de l’alcool, des armes à feu, des produits de nettoyage toxiques ainsi que des ustensiles et des outils dangereux.2
  • Vérifiez la température de l’eau. Baisser le thermostat du chauffe-eau pour éviter les brûlures.2

Obtenez du soutien d’autres proches aidants

Si vous vous occupez d’un être cher atteint d’un trouble cognitif, vous n’êtes pas seul. Saviez-vous qu’il existe des groupes d’entraide qui peuvent vous aider pendant votre parcours de proche aidant?

« Demandez à vos proches et à vos amis de vous aider, et songez à vous joindre à un groupe d’entraide, qui vous suggérera différentes stratégies d’adaptation pour vous aider à gérer tout ce que vous ressentez à chacune des étapes de la maladie », explique Maura.

Quelle que soit l’aide dont vous avez besoin, que vous ayez à apprendre comment prendre soin de proches atteints d’un trouble neurocognitif ou comment prendre soin de vous-même, cette aide existe.

Voici quelques ressources où vous pouvez trouver un groupe de personnes qui prennent également soin d’un être cher atteint d’un trouble cognitif.

Société Alzheimer

Centre canadien d’excellence pour les aidants

Coalition canadienne pour la santé mentale des personnes âgées

Nous comprenons que prendre soin d’une personne atteinte d’un trouble neurocognitif peut nécessiter beaucoup de travail et que vous avez peut-être besoin d’aide.

 

Soins à domicile Bayshore offre une grande variété de services de santé à domicile, y compris des soins aux personnes atteintes de démence, afin d’aider les Canadiens à vivre de façon autonome aussi longtemps que possible. Pour des détails, communiquez avec nous au 1 877 289-3997.

Sources :

1 https://alzheimer.ca/fr/la-recherche/rapports-sur-les-troubles-neurocognitifs/etude-marquante-1

2 https://www.mayoclinic.org/healthy-lifestyle/caregivers/in-depth/alzheimers-caregiver/art-20047577 (en anglais)

3 https://www.caregiver.org/resource/caregivers-guide-understanding-dementia-behaviors/ (en anglais et d’autres langues)