Des collègues de Bayshore unissent leurs efforts pour faire venir leurs parents de l’Ukraine au Canada

Bayshore | | Informations & histoires

Par Krystyna Oakman, Coordonnatrice des communications

Olena Lakovenko et Iryna Dubak sont des collègues du département de planification et d’analyse financière de Bayshore. Elles ont toujours eu beaucoup en commun : elles ont été embauchées par Bayshore en même temps; elles travaillent en étroite collaboration dans le cadre de leurs partenariats d’affaires à Bayshore, et elles sont natives de la même ville ukrainienne de Zaporizhzhia où elles vivaient autrefois à une distance de huit minutes à pied l’une de l’autre.

Il y a quelques semaines, ces points communs les ont unies à un moment critique de leurs vies, lorsqu’Olena et Iryna ont élaboré un plan pour amener leurs parents au Canada, en sécurité, après l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Leurs quatre parents font partie des quatre millions d’Ukrainiens qui ont quitté le pays depuis le 24 février 2022.

Iryna avec ses parents et les parents d’Olena en Pologne. « C’est à ce moment que nous nous sommes rencontrés pour la première fois, » dit-elle.

Le plan s’est rapidement mis en place au fur et à mesure que les événements se déroulaient en Ukraine. Il a été décidé qu’Iryna rejoindrait leurs parents en Pologne tandis qu’Olena poursuivrait le travail de coordination depuis le Canada. La semaine suivante, quand il y a eu des places disponibles, Iryna a acheté un billet pour la Pologne et est montée dans l’avion quelques heures plus tard.

« Le plus difficile a été de les convaincre qu’ils devaient tout laisser derrière eux, a déclaré Olena. Nous avons déduit que lorsque nos parents arriveraient à la frontière, ils seraient épuisés. Il fallait que quelqu’un soit là, pour pratiquement les ramasser. Ils ont accepté de faire ce voyage difficile parce qu’ils savaient que quelqu’un les attendrait de l’autre côté. »

Pour les parents d’Olena et d’Iryna, le voyage a commencé dans la ville de Zaporizhzhia, au sud-ouest du pays, quand ils ont pris le train à destination de Lviv, dans l’ouest de l’Ukraine. Lorsque les parents d’Olena ont réalisé que les parents d’Iryna n’étaient pas à bord du train avant le départ, tout le monde a prié pour qu’ils arrivent à temps, car l’agent ne pouvait pas retarder le départ d’une seule minute.

Trois minutes avant le départ du train, la famille d’Iryna est montée à bord et les parents d’Olena l’ont rejointe. C’était la première fois que les parents d’Olena et d’Iryna se rencontraient et le début d’un périple qui allait durer plusieurs jours. Ils découvriront plus tard que, dès le lendemain, dans la même gare, seuls les femmes et les enfants seraient autorisés à monter dans les trains.

« Je parlais avec Iryna dans un appel Zoom : Qu’est-ce qui vient de se passer? J’ai l’impression que nous venons de changer fondamentalement la vie de quelqu’un, » dit Olena.

En temps de paix, il faut environ 24 heures pour parcourir la distance entre Zaporizhzhia et l’Ukraine occidentale. Pour les parents d’Olena et d’Iryna, il a fallu 36 heures pour arriver à Lviv. Pour la dernière étape du voyage, le trajet en train de Lviv à la Pologne, qui dure généralement deux heures, a duré 18 heures, entièrement passées debout.

Une image de la mère d’Olena dans la gare de Lviv. « Il y a un passage juste en dessous rempli de gens qui font la queue jusqu’au bout, a indiqué Iryna. Ils ont fait la queue pendant environ 7 heures pour monter dans le train, puis ils ont passé 18 heures dans le train pour se rendre à la frontière. »

Après avoir suivi de loin le voyage de ses parents, c’est avec un profond soulagement qu’Iryna a pu les retrouver en Pologne.

« Ils étaient devenus de bons amis une fois rendus là, a raconté Iryna. Plusieurs fois, ils ont répété que si ce n’était pour leur conjoint, ils seraient probablement restés dans leurs maisons. »

Tout au long de ce processus de collaboration pour amener les quatre parents en sécurité au Canada, Olena et Iryna ont reçu une énorme vague de soutien de la part de leurs collègues de Bayshore.

« J’ai été inondée par leurs courriels de soutien exprimant à quel point tout ce que nous vivions était injuste et qu’ils étaient avec nous, a déclaré Iryna. Mon équipe a été d’un soutien incroyable. Tous ces gentils mots. Je ne pourrai jamais expliquer comment ils étaient appréciés. »

« Notre équipe est tout simplement phénoménale, ajoute Olena. Tout le monde priait pour nous et nous envoyait leurs pensées que j’ai partagées avec ma famille. La famille Bayshore nous a aidés à traverser cet épisode difficile. »