Une pharmacienne de Bayshore met à profit sa certification spécialisée dans la sclérose en plaques pour informer les autres.

Bayshore | | Informations & histoires

Par Mary Mamak, spécialiste en communication

Du diagnostic au traitement, les pharmaciens et pharmaciennes de Bayshore font partie de l’équipe de professionnels de la santé qui aident les Canadiens dans leur parcours de santé, surtout si ce parcours comprend des maladies comme le cancer, la polyarthrite rhumatoïde, la maladie de Crohn ou la sclérose en plaques (SP). Ils distribuent des médicaments spécialisés, qui sont souvent administrés par perfusion ou par injection, soit à domicile, soit dans l’une des 110 cliniques de Bayshore reparties à travers le pays.

Une partie très importante de leur travail consiste à s’assurer que la clientèle est informée et éduquée sur la sécurité et l’efficacité du médicament et de son état de santé, ainsi que sur la façon de gérer les effets secondaires. En outre, les pharmaciens et pharmaciennes de Bayshore sont toujours à la disposition des patients et patientes qui ont des questions ou des préoccupations au sujet de la maladie ou du médicament prescrit par les médecins spécialistes.

Femme souriant à la caméra
Nancy Banoub, Pharmacist, BSRx

Nancy Banoub, l’une des 44 pharmaciennes de la division Rx spécialisés de Bayshore, offre cette expertise depuis plus de sept ans. Elle s’intéresse particulièrement à la sclérose en plaques depuis de nombreuses années, car cette maladie a été diagnostiquée chez sa mère, à un âge précoce.

Alors qu’elle était récemment en congé de maternité, Nancy a obtenu, par l’intermédiaire de l’International Organization of Multiple Sclerosis Rehabilitation Therapists, le titre de spécialiste certifiée en sclérose en plaques (MSCS), rare sont les pharmaciens et pharmaciennes à détenir cette certification au pays. Depuis lors, elle a commencé un blogue éducatif sur le sujet par le biais de LinkedIn. Les informations qu’elle y fournit servent également de base à des présentations de sensibilisation destinées aux personnes atteintes de cette maladie et à leurs familles, ainsi qu’au personnel infirmier et pharmaceutique qui soignent une personne atteinte de SP ou qui la connaissent.

« Je veux partager mes connaissances parce que je crois qu’en tant que pharmaciens et pharmaciennes, nous pouvons mieux agir, notamment dans le domaine de l’éducation, cela allégerait le fardeau du système de santé », défend Nancy. « Je crois que la connaissance est un pouvoir lorsqu’elle est en action : plus vous avez de connaissances sur les implications de votre maladie, plus vous êtes en mesure de faire face à ses nombreux symptômes et effets. »

Capture d'écran de la publication LinkedIn de Nancy
Voici un exemple de l’un des messages de Nancy sur la SP

Si la SP est une maladie très compliquée à diagnostiquer en raison de ses nombreux symptômes, elle recèle également encore beaucoup de mystère. L’objectif de Nancy est de fournir des informations qui clarifient les symptômes et le traitement, ainsi que de mettre l’accent sur le bien-être des patients atteints de SP, notamment en montrant la valeur de la physiothérapie et la disponibilité des soins à domicile.

Selon la Société canadienne de la sclérose en plaques, la SP est une maladie auto-immune chronique ciblant le système nerveux central. Comme cela comprend le cerveau, la moelle épinière et les nerfs optiques, la SP peut affecter la vision, la mémoire, l’équilibre et la mobilité. Elle est considérée comme un handicap épisodique, ce qui signifie que la gravité et la durée de la maladie et du handicap peuvent varier et sont souvent suivies de périodes de bien-être. Elle peut également être progressive. Il n’existe pas de remède pour la sclérose en plaques. Cependant, les traitements peuvent aider à accélérer le rétablissement après une poussée, à modifier l’évolution de la maladie et à gérer les symptômes.

« C’est une maladie mystérieuse en raison du nombre de symptômes, des différences de symptômes pour chaque personne, mais surtout parce qu’il n’y a pas de remède », admet Nancy. Ses recherches l’ont conduite vers la Société canadienne de la sclérose en plaques, afin de valider les informations dont elle dispose et de demander leur approbation lorsqu’elle les utilise comme référence et avant de publier les informations sur son compte LinkedIn. La Société canadienne de la sclérose en plaques a depuis contacté Nancy pour trouver d’autres moyens de communiquer avec les patients et patientes et leurs familles et pour faire avancer la recherche sur cette maladie.

Heather Saba, directrice principale, Communauté/Centre du Canada, pour la Société canadienne de la SP, a exprimé sa gratitude. « Nancy, vous illustrez vraiment notre mission qui est de connecter et d’outiller la communauté de la SP pour créer un changement positif. »

Nancy dit que la recherche en cours sur la maladie est fascinante. Pourquoi la maladie est-elle plus répandue dans les climats plus froids comme l’Amérique du Nord ? Pourquoi les femmes sont-elles plus touchées que les hommes ? Pourquoi certains traitements fonctionnent-ils différemment d’une personne à l’autre ? Elle espère trouver les réponses dans ses recherches en cours sur la SP.

« Mon objectif principal est d’aider les gens à vivre aussi sainement que possible avec leur maladie », dit Nancy. « Je veux qu’ils se sentent autonomes dans la gestion de leurs symptômes ».

Pour plus d’informations sur la SP, veuillez consulter le site https://scleroseenplaques.ca/

Pour soutenir le travail de la Société canadienne de la sclérose en plaques et obtenir une contribution équivalente à 50 % de la part de la Fondation Bayshore, visitez le site Web : Société canadienne de la SP – Fondation Bayshore