La santé mentale des hommes : une crise silencieuse

Bayshore | | Blogue

 

Avez-vous communiqué dernièrement avec les hommes de votre vie, y compris des amis, des proches et des collègues, pour leur demander comment ils allaient? La pandémie de la COVID-19 dure depuis presque un an, un peu plus de soutien émotionnel pourrait nous être utile à tous, mais les hommes sont moins susceptibles de demander ou de recevoir de l’aide, et cela peut contribuer à une mauvaise santé mentale.

Au cours des dix dernières années, les connaissances sur la santé mentale des hommes se sont élargies de façon continue, alors que les académiciens, les organismes de santé et les médias attirent de plus en plus l’attention sur la question. Les femmes reçoivent beaucoup plus souvent un diagnostic de trouble de l’humeur ou de trouble anxieux que les hommes, alors pourquoi est-il nécessaire de sensibiliser le grand public aux problèmes des hommes? Les hommes ont été élevés de manière à être durs, stoïques et « virils », au lieu d’être encouragés à parler de leurs émotions et à montrer leur vulnérabilité. Les hommes sont également moins susceptibles de demander de l’aide, et souffrent en silence ou adoptent des stratégies destructrices, comme la toxicomanie et des comportements à risque.

Les hommes sont également plus susceptibles que les femmes à se suicider, même si les femmes sont trois à quatre fois plus susceptibles de faire des tentatives de suicide. Soixante-quinze pour cent des quelque 4 000 décès annuels par suicide au Canada touchent des hommes. C’est chez les hommes d’âge moyen (45 à 64 ans) que le taux de suicide est le plus élevé au Canada, et le suicide est la principale cause de décès chez les hommes plus jeunes. Le suicide chez les hommes est considéré comme une « épidémie silencieuse » à cause de son incidence alarmante et du manque de sensibilisation du public.

La maladie mentale, particulièrement la dépression, est le plus important facteur de risque de suicide. Selon la Commission de la santé mentale du Canada (CSMC), plus de 80 % des personnes qui se suicident souffraient d’un trouble mental ou de dépendance. Elle constate que les autres facteurs peuvent inclure l’échec du mariage, les difficultés financières, une détérioration de la santé physique, une perte importante ou un manque de soutien social.

Movember, un organisme caritatif axé sur la santé des hommes indique que « les facteurs de risque qui contribuent le plus à une mauvaise santé mentale et au suicide des hommes incluent l’échec d’une relation, un niveau de stress très élevé, une humeur maussade persistante et l’isolement social. »

La santé mentale et les préjudices

Même si les problèmes de santé mentale sont courants au Canada – elles touchent une personne sur cinq chaque année, et une personne sur deux avant l’âge de 40 ans – les préjudices associés à la santé mentale persistent. « Les préjudices sont un stéréotype négatif et la discrimination est le comportement qui en résulte », explique l’Association canadienne pour la santé mentale sur son site. « Souvent, les personnes atteintes de maladie mentale font face à de multiples formes de discrimination qui s’entrecoupent à cause de leur maladie mentale et de leur identité. »

Les préjudices et les préoccupations relatives à la discrimination peuvent empêcher les hommes à demander de l’aide s’ils ont des problèmes de santé mentale, et les découragent de se confier à leurs proches et à leurs amis. Les hommes se préoccupent également de la façon de l’influence que les préjudices pourraient avoir sur leurs perspectives d’emploi. Selon un sondage effectué par Movember en 2019, 28 % des hommes canadiens craignent pour leur emploi s’ils parlent de leur santé mentale au travail. Le tiers des personnes interrogées « croient que leurs chances d’obtenir une promotion au travail pourraient être réduites s’ils mentionnaient avoir de la difficulté à composer avec un problème. »

Les répercussions de la COVID-19

La pandémie de la COVID-19 a créé d’autres problèmes de santé mentale. Les Canadiens d’un océan à l’autre déclarent des niveaux de stress, d’anxiété et de dépression plus élevés. Les personnes de tous les âges, qu’elles soient hommes ou femmes, sont touchées de diverses façons. Voici quelques constatations sur la santé mentale des hommes pendant la pandémie :

  • Lors d’un sondage effectué par Movember au printemps dernier auprès de 1 430 Canadiens, dont près de 794 hommes, 27 % des personnes interrogées ont déclaré que leur santé mentale s’était détériorée depuis le début de la pandémie, et 34 % se sentaient seules plus souvent.
  • Les hommes étaient moins susceptibles que les femmes à demander de l’aide pour s’adapter aux changements imposés par la COVID-19 (49 % des hommes par rapport à 58 % des femmes).
  • Le sondage a également révélé que huit hommes sur dix croient qu’il est utile que les gens leur demandent s’ils ont du mal à s’adapter, mais 40 % des personnes interrogées déclaraient que personne ne leur avait demandé comment ils se débrouillaient durant la pandémie.
  • Cinquante-sept pour cent des hommes âgés de 45 ans et plus se sentaient moins « connectés » à leurs amis depuis le début de la pandémie; 48 % des hommes âgés de 18 à 24 ans étaient du même avis.
  • Une série de sondages effectués par l’Association canadienne pour la santé mentale entre mai et décembre 2020 a révélé que les hommes étaient plus susceptibles que les femmes à boire de façon excessive. Les gens étaient « très inquiets » de leur situation financière personnelle ou de contracter la COVID-19, et ceux qui avaient perdu leur emploi durant la pandémie ou ceux dont le risque d’exposition au coronavirus au travail était élevé étaient plus susceptibles de boire de façon excessive.

Soutenir la santé mentale des hommes

Afin d’offrir un meilleur soutien aux hommes ayant des troubles de santé mentale, plusieurs organismes ont lancé des ressources ou des programmes destinés particulièrement aux hommes, dont le Centre de prévention du suicide (une filiale de l’Association canadienne pour la santé mentale), la Fondation canadienne pour les hommes et bien d’autres. Il existe également plusieurs initiatives créées par des hommes, pour des hommes, afin de les encourager mutuellement à discuter de leurs sentiments et à demander de l’aide au besoin. Les ressources (énumérées ci-dessous) sont également très utiles pour les proches et les amis qui désirent en savoir plus ou offrir leur soutien.

Ressources supplémentaires

Ces ressources ne sont pas destinées à être utilisées en cas d’urgence ou lorsqu’une vie humaine est en danger. Si vous êtes en danger, faites le 911 ou présentez-vous au Service des urgences de l’hôpital le plus proche.

Buddy Up

Buddy Up est une campagne de prévention du suicide chez les hommes, lancée par le Centre de prévention du suicide (une filiale de l’Association canadienne pour la santé mentale). Renseignez-vous sur le suicide chez les hommes et le rôle que nous pouvons tous jouer pour le prévenir.

Heads Up Guys (en anglais seulement)

Cette ressource en ligne de l’Université de la Colombie-Britannique soutient les hommes qui luttent contre une dépression en leur offrant des conseils, des outils, des histoires personnelles et des renseignements sur les services en santé mentale. Le site Web a une section consacrée à la santé mentale durant la COVID-19.

Change pas trop

La Fondation canadienne pour la santé des hommes a créé la campagne Change pas trop dans le but d’inspirer les hommes et leurs proches à adopter un mode de vie plus sain. Son guide en ligne sur la santé mentale contient des renseignements sur différents types de santé mentale, la COVID-19 et la santé mentale, et plus.

Movember

Chaque année en novembre, le mouvement Movember pour la santé des hommes recueille des fonds pour des projets portant sur la santé mentale et la prévention du suicide, le cancer de la prostate et le cancer testiculaire. Tout au long de l’année, vous pouvez trouver des articles et des histoires personnelles sur le site Web de Movember.

#SickNotWeak (en anglais seulement)

Le journaliste sportif canadien et porte-parole de la santé mentale, Michael Landsberg, a créé ce site Web afin d’aider les gens à comprendre que la santé mentale est une maladie, et non une faiblesse.

COVID-19 : concentrez-vous sur votre santé mentale grâce à des ressources en ligne gratuites

Un article de blogue de Bayshore dressant une liste des ressources en ligne gratuites et peu coûteuses pour composer avec le stress causé par la pandémie, y compris des applications, des sites Web et des programmes d’autoassistance.